Informations

Responsable mobilité

Responsable mobilité

Responsable mobilité, existe en tant que figure professionnelle depuis 1998, date à laquelle l'arrêté interministériel pour la mobilité durable en milieu urbain du 27 mars, dit Décret Ronchi, a décidé qu'un responsable de la mobilité était nécessaire dans les organismes publics et les entreprises. En particulier, ils doivent encore avoir un responsable mobilité les organismes publics de plus de 300 salariés et les entreprises de plus de 800 salariés. L'idée est de l'inclure également dans les écoles, souvent beaucoup plus encombrées que les entreprises de 800 à 1000 salariés, mais à ce jour il n'y a pas de loi pour l'ordonner.

Mobility Manager: qui il est et ce qu'il fait

Sa création fait partie des actions de mobilité durable, mais qu'est-ce que responsable mobilité? L'objectif avec lequel ce chiffre a été pensé est de donner des réponses à court terme aux problèmes de congestion routière et de ses conséquences sur la santé.

Dans l'entreprise, le gestionnaire de mobilité appelé entreprise se concentre sur l'analyse et la gestion de la demande de transport: il travaille sur les mouvements systématiques et sur le comportement des personnes. Puisqu'il y a aussi une autorité locale, une municipalité ou une région, ou une province (pour l'instant), qui fournit et planifie une certaine offre avec laquelle notre responsable mobilité doit être pris en compte, le responsable mobilité de zone.

Ce personnage, né pour poursuivre le même but, a des tâches légèrement différentes: il se retrouve à agir comme intermédiaire entre la mobilité de l'entreprise et l'institution. Et la réalité des choses. En outre, il devrait également se préoccuper de faciliter le changement culturel, par exemple par le biais de campagnes de communication et de sensibilisation.

Responsable Mobilité Corporate

Le rôle du responsable mobilité dans une entreprise est de planifier et d'optimiser les coûts commerciaux des déplacements, en donnant la priorité absolue aux politiques de mobilité durable. Elle profite à l'environnement et améliore également l'image globale, ainsi que la relation avec les parties prenantes.

Plus concrètement, le «fixe» de responsable mobilité il doit s'agir de réduire l'utilisation des voitures particulières par les salariés également via un outil appelé PSCL: le Plan de voyage domicile-travail. Il s'agit de proposer et de rendre pratiques et faciles des solutions de transport alternatives à impact environnemental réduit: covoiturage, covoiturage, vélos en libre-service, transport à la demande, navettes.

Chaque entreprise, chaque contexte environnemental et même chaque personne ont leurs propres particularités et responsable mobilité il doit apprendre à en tenir compte pour joindre les deux bouts. Les comptes financièrement parlant, mais aussi les coûts environnementaux en CO2 émis, par exemple.

Il y a des objectifs concrets à traiter en plus de la réduction précitée du trafic automobile qui doit voir une diminution émissions polluantes atmosphériques, les gaz à effet de serre et aussi acoustiquement. Les économies d'énergie sont également liées à l'optimisation des pratiques de mobilité des salariés d'une entreprise et, d'autre part, il devrait également y avoir une augmentation des sécurité routière.

Le responsable mobilité l'entreprise doit se rapporter à sa redevance de zone qui fonctionne habituellement auBureau de la circulation de la collectivité locale qui l'a nommé. De cette manière, les actions que le premier planifie et réalise dans la réalité de l'entreprise dans laquelle il est employé sont insérées et harmonisées avec des politiques visant à améliorer la mobilité sur tout le territoire. Ainsi, on confronte le transport local, la viabilité, les réalités opérant dans le secteur présentes localement et qui peuvent entrer plan de déplacement domicile-travail (PSCL) activement. Proactif. Propositif. Pourquoi pas?

Gestionnaire de mobilité: actions possibles

Chaque responsable mobilité il a un contexte qu'il faut d'abord connaître profondément et savoir ensuite «éduquer» pour atteindre les objectifs pour lesquels il a été «créé». Il existe différentes actions possibles, certaines potentiellement plus fructueuses que d'autres. Par exemple ce n'est pas génial, au niveau de responsable mobilité, pousser partage de voiture: chaque employé remplacerait simplement sa propre voiture par une voiture appartenant à un gestionnaire tiers.

Le faire du covoiturage, au contraire, c'est l'une des meilleures pratiques qu'un responsable mobilité peuvent instiller dans l'esprit et la vie de leurs collègues. Lorsque plus de personnes partagent le trajet domicile-travail, les avantages et les avantages sont innombrables responsable mobilité il recevra très probablement une tape dans le dos pour son travail.

D'autres bonnes pratiques au niveau de l'entreprise sont les incitations à utiliser les transports publics, si cela est pratique par rapport au lieu de travail. Alternativement, vous pouvez penser à un navette d'entreprise: certes c'est plus cher et plus complexe à organiser mais ça peut être fonctionnel et aussi apprécié. Là mobilité cycliste C'est toujours une bonne chose de le promouvoir mais au niveau de l'entreprise, c'est un créneau: cela dépend beaucoup des distances, des habitudes des employés, des horaires.

Il existe des exemples d'incitations à cet égard pour les employés qui se rendent au travail à vélo, travaille sur la municipalité de Milan et de nombreuses organisations et entreprises semblent vouloir le copier. À l'étranger c'est déjà fait, mais nous arrivons aussi.

Responsable mobilité: législation

Il a été introduit avec le Décret interministériel "Mobilité durable dans les zones urbaines" du 27 mars 1998 la figure de responsable mobilité et pour le moment elle touche toutes les organisations (corps ou entreprise) de plus de 300 salariés par «unité locale» ou, globalement, de plus de 800 salariés.

Le décret Ronchi, comme on l'appelle, prévoit pour ce professionnel de se charger d'optimiser les déplacements domicile-travail des salariés, en réduisant l'utilisation de la voiture particulière au profit de solutions de transport à faible impact environnemental. Le même décret appelle également à mener des analyses sur les habitudes de mobilité des salariés: les actions identifiées ci-dessous constituent le Plan de déplacement domicile-travail (PSCL).

Si la responsable mobilité doit obligatoirement être une figure interne de l'entreprise, pour la rédaction du PSCL vous pouvez être épaulé par des experts et des consultants externes. Le responsable mobilité de zone est arrivé en tant que «dérivé» avec l'arrêté du ministère de l'Environnement du 20 décembre 2000.

Des chiffres et des objectifs respectueux, mais il y a un problème de respect: non-respect, en fait, et non-respect du décret qui impose la nomination de responsable mobilité, ainsi que l'absence du PSCL, ne sont pas sanctionnés par la loi. Par conséquent, nous sommes entre les mains de la bonne volonté des entreprises. À la prévoyance. À une logique de commodité ou de récompense différente de la logique législative.

Les entreprises pourraient être intéressées à être vertueuses avec un gestionnaire de mobilité actif et brillant pour améliorer leur propre réputation, par exemple. Un coup de dignité, vert, sinon conscience: on parle toujours d'améliorer l'environnement dans lequel nous vivons tous, dirigeants et employés de cette entreprise compris.

Si vous avez aimé cet article continuez à me suivre aussi sur Twitter, Facebook, Google+, Pinterest et ... ailleurs il faut me trouver!

Article connexe qui pourrait vous intéresser:

  • Vélo assisté par pédale: conseils d'achat
  • Mobilité durable: une feuille de route pour l'Italie
  • Se déplacer dans la ville


Vidéo: La compétence mobilité (Octobre 2021).